Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 2019, un bel an tout neuf !

    2019

    0 commentaire Lien permanent
  • [Si j'étais le père Noël...] Le cochon tirelire de Vilac, élevé dans les forêts du Jura

    Si j'étais le père Noël, je déposerais le cochon tirelire de Vilac au pied du petit sapin. Parce qu'il est rond et croquignolet, parce qu'il est en bois naturel et 100% made in France, enfin parce qu'il perpétue une amusante tradition dont nous avons remonté le fil...

    djeco-tirelire (Large).jpg

     

    Saviez-vous que l'alouette des champs tirelire ?. Oui, son chant contient des "trli", onomatopées qui pourraient avoir inspiré l'origine du mot. Car les pièces, lorsqu'elles tombent dans un pot percé d'une fente où l'on garde ses économies, ne font-elles pas "trli" au contact de l'argile ? Cet argile dont étaient faites les premières tirelires.

     

    Mais alors un cochon ? Pourquoi un cochon ? Pourquoi pas une poule ou un lapin ? Deux explications (source www.caminteresse.fr) :

     

    Explication n°1 :"Posséder un cochon donnait jadis l’assurance de manger à sa faim. Dans les campagnes, les familles propriétaires d’un porc disposaient, après l’avoir tué, de viande fraîche puis de charcuterie et de salaison pendant une grande partie de l’année. Non seulement, la quasi totalité de ses morceaux est comestible et on peut transformer son sang en boudin, mais ses poils servent à fabriquer des brosses et pinceaux, et sa graisse, des bougies et du savon. Le cochon, qui mange à peu près n’importe quoi et n’a pas besoin de pâturage, a en outre l’avantage d’être facile à élever. Progressivement, il a été associé à l’argent, et les premières tirelires en forme de cochon ont fait leur apparition au XVIIIe siècle."

    Explication n°2 : "Au XIe siècle, les potiers anglais fabriquaient des récipients à moindre coût en utilisant de la pygg, une sorte d’argile de piètre qualité. Dans les chaumières, ces jarres servaient à tout : elles étaient remplies de vivres, d’objets divers. Mais on y cachait aussi de l’argent. On les appelait les pygg banks, l’équivalent de nos bas de laine. C’est l’homophonie de pygg, l’argile, avec pig, le cochon, qui donne l’idée à des artisans au XVIIIe siècle de fabriquer des tirelires en forme de cochon. L’argile sera abandonnée au profit du verre, du plâtre puis du plastique, mais le cochon restera."

     

     

    Chez Vilac, la matière de prédilection n'est pas l'argile mais le bois. Traité avec amour et talent, il permet d'obtenir de beaux jouets écologiques et des cochons très mignons.

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Objets
  • [Si j'étais un album de Noël] Pettson et Picpus, David A.Carter, Moomin, Astrid Lindgren et Ferdinand

    Chaque Noël apporte sa petite cargaison d'albums nouveaux, plus chatoyants les uns que les autres. Certains deviendront intemporels, prendront place au coeur de notre mémoire familiale, relus année après année. Nos coups de cœur 2018 recèlent peut-être un de ces trésors qui compteront pour vous et pour vos enfants.

    livres-noel-2018.png

     

    L'INOUBLIABLE NOËL DE PETTSON ET PICPUS, Sven Nordqvist - Éditions Plume de Carotte

    Une vraie histoire de Noël, empreinte de gaité et de bonté : le vieil homme, le chat, le petit incident qui pourrait compromettre la fête, l'animal qui vient en aide à l'homme tout en multipliant les bêtises, la solidarité des voisins et Noël merveilleusement réussi. 

    Créés par le suédois Sven Nordqvist, nous retrouvons ici les personnages attachants de Pettson et Picpus, dont les aventures sont désormais publiées par Plume de Carotte.

     

    NOËL DANS LA VALLÉE DES MOOMINS - D'après une histoire de Tove Jansson - Éditions Cambourakis

     

    Au creux de l'hiver, il règne une effervescence inhabituelle dans la vallée des Moomin. Que se passe-t-il ? C'est bientôt Noël !, leur répond l’Émule, très énervé. Noël ? La famille Moomin ignore tout de Noël... S'agit-il d'une créature effrayante ? On le dirait à voir les uns et les autres courir, s'agiter, stresser !

    La maison Cambourakis a entrepris de rééditer des histoires issues de l’œuvre de Tove Janson et nous propose un album de Noël inédit. Inspiré de The Fir Tree écrit par l'auteure finlandaise, l'album est fidèle à l'esprit Moomin : décalé, faussement naïf et tout à fait fantastique.

     

    JOYEUX NOËL, David A.Carter - Gallimard Jeunesse

    David A. Carter aux doigts de fée (oui, les garçons ont aussi des doigts de fée) propose ici un imagier de Noël en 3D. Sapin, guirlande, étoile..., les objets de papier, ciselés, découpés, colorés, surgissent à l'ouverture de la page. C'est graphique, vivant, magique. Un petit livre dont les feuilles se posent dans le sillon des Lettres de Noël de Robert Sabuda.

     

     

    LE RENARD ET LE LUTIN, Astrid Lindgren et Eva Ericksson - Éditions Pastel, L’École des Loisirs

    Le renard affamé se faufile dans le poulailler. Mais le vieux lutin, gardien de la ferme et de ses habitants, veille. Malicieux et bienveillant, afin de dissuader l'animal de manger les poules, il lui propose un marché équitable...

    Édité pour la première fois en France, Le renard et le lutin a été écrit par Astrid Lindgren, la créatrice de Fifi Brindacier, à partir d'un conte traditionnel suédois. Les dessins de l'illustratrice Eva Eriksson évoquent avec finesse et raffinement l'ambiance hivernale et la chaleur humaine.

     

     

    L’ÉLÉPHANT DE FERDINAND - Lou Peacok et Helen Stephens - Éditions Gallimard Jeunesse

    Monsieur Éléphant est le doudou de Ferdinand. Aujourd'hui, maman a organisé une sortie shopping au grand magasin paré des décorations de Noël. Ferdinand n'a pas tellement envie d'y aller, il a peur de s'ennuyer. Heureusement, il a le droit d'emmener Monsieur Éléphant, son doudou... Mais ce petit compagnon précieux disparait dans les rayons... Catastrophe !!! Où est monsieur Éléphant ???

    Une fois n'est pas coutume, voici une histoire de Noël installée dans le contexte d'un grand magasin. Les lieux deviennent tour à tour espace de jeux, de découverte et de grande frayeur.  D'une émotion à l'autre, sur un rythme dansant, les petits aimeront.

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Noël, SAISONS
  • [Si j'étais le père Noël...] Les Arty Toys de Djeco, figurines articulées et illustrées

    Si j'étais le père Noël, je déposerais un super-héros et une princesse sous le petit sapin.

    Digne héritière des art toys dessinés par ses aînés, la collection Arty Toys de Djeco décline efficacement le genre pour les enfants. La maison avait un avantage : celui de posséder le gène de l'illustration, ingrédient fondamental du design. Les figurines, articulées, se répartissent en 4 univers : les monstres,les pirates, les princesses et les super-héros que monsieur Stan Lee n'aurait pas reniés. On peut jouer avec (à partir de 4 ans), on peut les collectionner... Petite galerie sélective de personnages en vente libre au 30 rue Vasselot :

     

    IMG_20181116_143001.jpg

    Abys

    illustré par Steve Simpson

    arty-toys-elisa-ze-harp-djeco-6771.jpg

    Elisa and ze harpe

    illustrée par Marie Desbons

    arty-toys-golden-knight-djeco-6701.jpg

    Golden Knight

    illustré par Muriel Kerba

    arty-toys-knight-arthur-djeco-6720.jpg

    Knight Arthur

    illustré par Arthur Leboeuf

    arty-toys-nina-ze-mirror-djeco-6761.jpg

    Nina and ze mirror

    illustrée par Peggy Mille

    arty-toys-furioso-djeco-6909.jpg

     

    Furioso

    illustré par David Sala

    arty-toys-firebird-ze-jet-djeco-6935.jpg

    Firebird and ze jet

    illustré par Régis Lejonc

    arty-toys-princesse-barbara-djeco-6770.jpg

    Princesse Barbara

    illsutrée par Elodie Nouhen

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : JOUETS, Jouets illustrés
  • [Si j'étais le père Noël...] L'ours contre la montre - Le nouvel album du duo Fromental-Jolivet

     Si j'étais le père Noël, je déposerais L'OURS CONTRE LA MONTRE sous le petit sapin...

     mon-ours-contre-la-montre.jpg

     

    Il traîne au lit, il rate le petit déjeuner, il arrive en retard à l'école. Conséquence : privé de récré pour rattraper la leçon et quand il se présente à la cantine, les assiettes sont au placard, "mon ours" est à la diète, après l'heure c'est plus l'heure. Pauvre "mon ours, ma merveille" ! Il court pourtant, son petit sac à dos bleu sur son imposante pelisse orange, les yeux affolés, le museau bondissant, tout dans l'allure de "mon ours" montre qu'il s'échine à être à l'heure.

    Oui, mais sait-il au moins la lire, l'heure ? Non, il ne sait pas... Il faut lui apprendre alors. La première leçon est un supplice, une usine à gaz, mon ours décroche, l'estomac dans les talons. Le lendemain sera plus propice, la nuit a porté ses fruits, mon ours a le cerveau disponible. Bravo "mon ours" ! Il aura une montre-chrono et un agenda de pro ! Bien. Que faire maintenant du temps libre ? Piscine, danse, hockey, harpe celtique, claquettes, baby-sitting, figuration, DJ, distribution de tracts... Stop !!! Burn-ours !!! Mon ours craque, hospitalisé en urgence, mis au repos à la montagne où le silence le bercera.

    Le printemps arrive, dans la prairie, les fleurs sont jolies, oh, une ourse, elle a l'air bien gentille... Ainsi, les pattes dans l'herbe verte, sans rien à faire, hormis regarder autour de lui, mon ours rencontre l'amour...

     

    Paré de son humour et sa poésie légendaires, le duo Fromental-Jolivet examine la question du temps sous différents angles : la ponctualité, la lecture de l'heure, le rythme de vie, l'attente... Le message est clair : à bas le "multitasking", l'injonction de ponctualité, le cumul d'activités, il faut ra-len-tir. Préparons-nous, parents, à subir des remontrances. Car, en partageant cet album, nos enfants auront à cœur de mettre quelques points sur les i. et de préconiser des changements dans notre façon d'organiser leur vie !

     

    Jean-Luc Fromental déroule un texte agile, ses rimes se faufilent et font entendre une musique divertissante. Joëlle Jolivet joue librement avec l'histoire, alterne les pleins et vides, les doubles-pages et les pages "bande-dessinées". La connivence entre les mots et les dessins est une nouvelle fois parfaite.

     

    Et puis il y a cette phrase... "Le bonheur, c'est de savoir prendre son temps, d'écouter son cœur battant". Ne serait-ce que pour elle, que l'on voudrait serrer tout contre soi, L'ours contre la montre, publié chez Hélium, mérite d'être vécu !

     

    IMG_20181116_100452.jpg

    IMG_20181116_100551.jpg

    IMG_20181116_100610_BURST001_COVER.jpg

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Albums, Noël, SAISONS