Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Courte Echelle, Rennes - Librairie Jeunesse, Jouets, Loisirs Créatifs - Page 4

  • Le nouveau numéro d'Albert, petit journal illustré, est en kiosque !

    albert, journal, presse

    Le grand Albert Londres aurait été fier de ce petit journal d'actualités qui s'inscrit dans le meilleur de la tradition journalistique. Albert considère en effet l'information avec intelligence et tact, déborde de curiosité et de pertinence et - bravo ! - respecte ses jeunes lecteurs (8/13 ans).

     

    Le sujet du moment sera traité en 5 points, suivi d'un sujet "société", d'un sujet "science", d'un sujet "histoire", trois actualités internationales pour comprendre le monde et l'on termine avec des infos insolites, le tout dans un format tabloïd bien pratique et surtout finement illustré. Car c'est une des particularités de la gazette née dans les monts d'Auvergne que d'accorder au dessin une place capitale et notoire. Un numéro = un illustrateur. Dont les liens avec la presse sont parfois avérés. Ainsi, en mai, Sylvie Serprix a-t-elle accommodé l'Albert comme elle enlumine Libé, Le Monde, le JDD ou le Magazine Littéraire.

     

    Le numéro du 1er juin est aux mains et crayons délicats de Suzy Vergez,qui affectionne les textures. Quant au sommaire, en abordant par exemple l'accord sur le nucléaire en Iran, il est certain qu'il en éclairera plus d'un ! Peut-être même que nous, parents, y trouveront matière à comprendre mieux.

     

    Pour tout savoir sur Albert, ses origines, le pourquoi du comment et sa belle philosophie, nous recommandons l'article de Julia Vergely paru dans Télérama en janvier dernier. Exhaustif ! Si vous êtes conquis, Albert vous attend à la librairie, dans son bac, sur votre gauche en entrant. Préparez 3 euros. Oui, seulement 3 euros. 

     

    presse, jeunesse, albert, journal

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Nouveautés, Presse enfants
  • Les Smart Games, pour jouer tout seul et faire travailler ses méninges sans se prendre la tête !

    SG439 MULTI.jpg

    Ce week-end, à Paris, Smart Games participait au 19ème salon de la Cuture et des Jeux Mathématiques. Mais ne vous laissez pas impressionner. Les jeux de la marque belge sont destinés à tous et n'exigent aucune connaissance particulière en algèbre, arithmétique ou autres théorèmes. Ils font simplement appel à la logique et sont surtout très amusants.

     

    Autre caractéristique singulière : les Smart Games se jouent en solo. Un trait de génie ! Chaque jeu invite à relever des défis, à déjouer des pièges, à imaginer des solutions. L'enfant (ou l'adulte) peut rester longtemps absorbé et concentré.

     

    Pas étonnant que la marque belge soit si souvent récompensée ! D'autant qu'elle soigne ses apparences au même titre que les règles du jeu : plateaux ergonomiques, pièces colorées et fonctionnelles, jeux faciles à manipuler et à ranger... Très inspirant pour la valise de l'été.

    smart games

    index.jpg

    327863.jpg

     En vente libre dans la plus belle cour de la ville

     

     

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Jeux
  • Samedi 26 mai, 17h - Rencontre-dédicace avec Laurence Le Guen autour de la réédition de Deux petits ours, chez MeMo

    ylla, memo, animaux

    Samedi 26 mai, à 17 heures, nous aurons le plaisir d'accueillir Laurence Le Guen à l'occasion de la réédition de l'album d'Ylla, Deux petits ours, aux éditions MeMo. Laurence Le Guen est une spécialiste de la photo-littérature. Elle a mené pendant deux ans un travail de recherche et documentation sur l'oeuvre d'Ylla et a écrit la postface de l'album.

     

    Publié en 1954 chez Harper & Brothers à New-York (Two little bears), Deux petits ours est une de ces pépites que MeMo a le don de dénicher. Dans l'univers du livre pour enfants, le genre animalier et la photographie sont des tendances de l'époque. La photographe Ylla mêle les deux, ainsi que le voyage. Dès les années 1930, son travail est remarqué. En 1938, elle publie un premier livre important, Petits et Grands. Artiste reconnue, elle est sollicitée par les musées, les zoos, les propriétaires d'animaux, les publicitaires et les éditeurs. Jusqu'à Jacques Prévert pour lequel elle illustre Des bêtes...

     

    Pour Deux petits ours, Ylla achète deux oursons qu'elle nourrit au biberon et élève chez elle. Les oursons la suivent dans une forêt du Connecticut où elle réalise les photos de l'album. Deux petits ours deviendra un classique de la littérature pour enfants.

     

    A découvrir, à faire découvrir, à re-découvrir ce samedi à 17 heures à la librairie !

    ylla, memo, animaux

     ©Pryor Dodge

     

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Albums, Dédicaces, Y'A D'LA VIE !
  • Ce week-end, à Saint-Malo, de la "jeunesse" au festival Etonnants Voyageurs.

    saint-malo, étonnants voyageurs, festival

    Lorsqu'un paysage* de l'Ouest Américain s'affiche dans nos villes bretonnes au mois de mai, c'est le signe que le festival Étonnants Voyageurs approche de nos côtes. Bon, d'accord, il y aura du monde - beaucoup. Bon, d'accord, on mettra trois quarts-d'heure avant de trouver une place de stationnement et on s'énervera - un peu. Bon, d'accord, le billet d'entrée** réduit le budget Livres.... Mais tout de même, ce festival installe chaque année confortablement la littérature jeunesse au coeur de ses chapiteaux et du Grand Large, et pour cela, nous l'aimons encore !

     

    En compulsant le programme, nous avons croisé Marie-Laure Cruschi, Jean-Claude Mourlevat, Nathalie Choux, Gilles Bachelet, Véronique Deiss,  Benjamin Chaud, Yves Grevet, Nathalie Papin, Barroux, Dorothée de Monfreid, Thimothée de Fombelle,  et quantité de visages qui font battre le coeur de nos rayons. Ateliers, lectures, signatures, rencontres, expositions... Une demi-journée sera un peu courte. prévoyez le jour tout entier avec pique-nique sur la grande plage du Sillon, glace à la vanille sur les remparts pour reprendre du souffle...

     

    * Paysage peint au 19ème siècle, peint par Albert Bierstadt.

    ** Gratuit pour les moins de 12 ans !

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Salons
  • Des Kokeshis vintage à la Courte Echelle !

    Dans la boutique du 30, les Matriochkas vont désormais en compagnie de poupées du pays du soleil levant. On les appelle Kokeshis : ko- pour bois, -keshi pour poupée. Les modèles que nous vous proposons ont été fabriqués dans les années 1950, mais les premières Kokeshis ont été confectionnées au 19ème siècle.

    kokeshi, japon, vintage, bois, objets

    Si l'origine symbolique des Kokeshis est plutôt indéterminée - on leur attribue des pouvoirs de protection, on les offre pour dire son amitié ou accueillir un enfant -, celle de leur fabrication est, quant à elle, assez connue.

     

    Nous sommes au milieu du 19ème siècle. Au Japon, l’époque Edo touche à sa fin. Bientôt, le pouvoir impérial supprimera les fiefs féodaux et le pays, resté longtemps replié sur lui-même, s'ouvrira aux relations internationales. Les traditions artisanales ont finalement été préservées par une autarcie de plusieurs siècles et continuent d'innover.

     

    Au nord-est de l'archipel, les ébénistes, connus sous le nom de Kijiya, entreprennent de fabriquer des poupées en bois qu'ils vendent aux japonais venus profiter des sources chaudes (Onsen) des stations thermales.Les Kijiya, qui sont aussi des tourneurs sur bois, privilégient la sobriété et l'harmonie. Chaque artisan développe son propre style autour des mêmes constantes : un bois local que l'on a fait sécher pendant 2 à 5 ans (cornouiller, cerisier...), un corps cylindrique et longiligne, une tête ovoïde, des fleurs et des motifs, des cheveux peints en noirs, des décorations rouges, jaunes, vertes, une finition à la cire.

     

    La fabrication des Kokeshis se diffuse ensuite à travers tout le pays, de préfecture en préfecture. Chaque zone régionale cultive son style. Le courant le plus important est celui de Naruko, dans la préfecture de Miyagi, où se déroulera la All-Japan Kokeshi Exhibition en 1939. Il se caractérise notamment par ses motifs floraux.

     

    Aujourd'hui, les Kokeshis inspirent les inventeurs de jeux vidéos comme Nintendo, elles ont été revisitées par des marques comme Momiji qui y a associé des messages... Mais elles restent avant tout des objets élégants et des cadeaux intemporels. Pour cette rencontre inédite, passer le porche et traverser la cour...

     

    kokeshi, japon, vintage, bois, objets

    kokeshi, japon, vintage, bois, objets

    kokeshi, japon, vintage, bois, objets

    KOKESHIS COURTE ECHELLE 2018 (6).jpg

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Objets
  • Mai 68 - Notre vitrine a la parole - Des livres et des slogans poétiques !

    20180425_180529.jpgManifestation poétique dans la vitrine du levant ! Consacrée à Mai 68, elle a ceci de particulier qu'elle mêle à notre sélection de livres des slogans poétiques inventés par les collégiens des Gayeulles et de Cleunay.  Une vitrine qui a la parole.

     

    "Sous les pavés, l'urbanité !"

    "Envilainez-vous !"

    "Rêvons notre ville ! Comme nous rêvons notre avenir !"

    "Nous sommes toutes reines !"

     

    Il faisait radieux, ce vendredi 6 avril dernier. On se serait cru en mai, quand la plage est sous les pavés et que les saisons ne s'emmêlent pas les pinceaux. Et Dans Rennes, on pouvait croiser la manifestation poétique des 4ème des collèges de Cleunay et des Gayeulles. Ardente, joyeuse, un tourbillon né de la rencontre entre Printemps des Poètes ce quinqua de Mai 68 et du désir des enseignants des deux collèges d'imaginer un atelier collectif mêlant l'un et l'autre.

     

    Écrire d'abord. Réfléchir au discours poétique, aux codes publicitaires, à l'art et aux dessous cachés du slogan. Créer. S'emparer des mots, les tourner et détourner, leur donner des ailes.

     

    Sérigraphier ensuite. Comme en 68, lorsque les ateliers populaires installés dans les écoles des Beaux-Arts tournaient à plein régime. Sur cette partie, les collégiens ont travaillé avec l'Atelier du Bourg.

     

    Manifester, enfin. Parcourir les rues d'un pas léger et entrainant. Brandir des pancartes. Crier des slogans. Interpeller. Occuper l'espace public. Une expérience inédite !

    manif poétique, rennes, l'ardeur

    © Christophe Simonetta

     

    DES SLOGANS...

    mai 68, l'ardeur, poésie

    20180425_180657.jpg

     

     

    20180425_180753.jpg

     

    ... ET DES LIVRES !

     

    C1-Livre-Disque-CHACUN-DE-VOUS.jpg

    CHACUN DE VOUS EST CONCERNÉ - Ed. Casterman - Un livre + un vinyle 33 tours. 11 chansons écrites et interprétées par Dominique Grange, sur des arrangements du groupe Accordzéâm, accompagné d'un livre grand format illustré par Tardi, autour des luttes de Mai 68 à celles de 2018.

     

    20180425_180615.jpg

     

    VÉRO EN MAI, Yvan Pommaux et Pascale Bouchié - Ed. L'Ecole des Loisirs - Mai 68 dans les yeux de Véro, 9 ans. Les adultes se disputent en discutant politique, les enfants ne vont plus à l'école, les ados et les jeunes scandent des slogans. Et le monde change... Un album-référence pour les enfants de 9 ans.

    20180425_180603.jpg
    0 commentaire Lien permanent Catégories : Albums, ENGAGEMENTS, LIVRES, Nouveautés, Poésie
  • Samedi 28 avril, Le Quatuor à cornes sur France " Bretagne - Clarisse, Aglaé, Marguerite et Rosine vont voir la mer !

     

    "Nous, on est quatre ! On est un quatuor de cornes ! On est un quatuor qui va voir la mer !"

     

    Clarisse, Aglaé, Marguerite et Rosine ont décidé de quitter leur pré carré et de suivre le soleil. Sur la route des embruns et de l'air iodé, les copines font des rencontres parfois providentielles, souvent insolites, jamais ennuyeuses. Chaque moment est une aventure joyeuse, rocambolesque et impertinente !

     

    La clique inventée par Yves Cotten semble être faite pour s'animer. Les albums des "petites vachs" réjouissent les enfants, les films vont être pour eux une véritable régalade ! Du papier à l'écran, c'est une métamorphose réussie pour les célèbres vaches du quimpérois. "J'ai reçu ça comme un cadeau...", confie l'auteur et illustrateur. Un cadeau confectionné avec soin et sur mesure.  Le premier volet - il y en aura 3 - a été réalisé Benjamin Botella. Il s'agit de l'adaptation de La clé des champs. Jean-François Bottela de Vivement lundi ! se charge de la production. ("Quand sa fille Nina avait 4 ans, il a découvert à la librairie jeunesse rennaise La Courte Échelle, les livres d’Yves Cotten, Marguerite la coquette, Clarisse la peureuse…"). Deux autres épisodes sont en montage, respectivement confiés à Emmanuelle Gorgiard et Arnaud Demuynck. Le triptyque sortira en salles en septembre 2018.

     

    Présenté en avant-première à la mi-avril, Le Quatuor à cornes, au format idéal de 27 mn, se promène sur nos chaînes de télévision et sera diffusé samedi 28 avril à 10h30 sur France 3 Bretagne, en langue bretonne et sous-titré en français. (En langue bretonne car c'est en breton que le quatuor est né il y a près de 18 ans et qu'il continue d'être édité, aux côtés des versions françaises.)

     

    Et pour les petits téléspectateurs qui craqueraient pour le quatuor, toutes leurss aventures, publiées chez Coop Breizh Beluga Éditions, sont en vente à librairie.

     

    yves cotten, le quator à cornes

    yves cotten, le quator à cornes

     

     
     

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Albums, Cinéma
  • Migrer, se réfugier, accueillir, être ensemble - Deux livres - Bassima et Traverser l'autoroute

    Ce matin, en écoutant la radio, nous avons pensé à Bassima et à Traverser l'autoroute. Deux livres publiés il y a quelques mois, faisant écho au journal de 8 heures. Les mêmes verbes : partir, quitter, fuir, survivre, traverser, se battre, survivre, s'entraider, faire la guerre, accueillir... Mais un mot n'y était pas. Un mot que ces deux livres proposent. L'espoir...

     

    bassima, art terreBassima - Sculptures : Alain Burban – Photographies : Paskal Martin – Textes : Agnès Pansart - Ateliers Art Terre

     

    "Bassima Polipro, elle a 8 ans. Et dans sa langue, son prénom veut dire "sourire". Mais ce qu'elle vit là, ça ne fait pas sourire du tout... Dans son pays, c'est la guerre !"

     

    Bassima est un oiseau. Elle et sa famille doivent fuir leur pays. La traversée vers un nouveau pays est longue. Mais le voyage contient la promesse d'une vie paisible et donne du courage. Cependant, au pays de l'arbre en or, la famille Polipro n'est pas la bienvenue. Le roi n'est pas prêt à partager les richesses.

     

    " Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde !". D'autres familles arrivent d'ailleurs, désemparées, ne sachant où aller... Pourquoi ne pas monter dans le vaisseau lanterne de Monsieur Lampion ? Ils embarquent, atterrissent sur un arbre nu où tout est à inventer... Les Oukoumi, les Kilitou, les Tricoti, les Polipro, ensemble, solidaires, construisent une maison qu'ils appellent Yallah. Yallah, en avant !

     

    Conçue et fabriquée dans la grande tradition* des Ateliers Art Terre, Bassima est une histoire gorgée d'humanité. La métaphore des oiseaux évoque les questions de migration et d'hospitalité avec simplicité et poésie. La guerre, le repli sur soi, la peur de l'autre... Mais aussi, surtout, par-dessus tout, la solidarité, le partage, la fraternité.

     

    *Tous les décors et personnages ont été créés par Alain Burban à partir de matériaux de récupération. Les vidéos du making off donnent toute la mesure de l'ingéniosité et du savoir-faire du sculpteur/auteur et plairont beaucoup aux enfants ! Ils sont ensuite photographiés par son complice Paskal Martin. Chaque image est finalement composée et sténographiée autour du texte d'Agnès Pansart.

     

    cheyne, maxime fleury; migrants

     Traverser l'autoroute - Maxime Fluery - Cheyne éditeur

     

    "Je le vois, je le vois pas, je le vois, je le vois pas... De l'autre côté, mon père a l'air fatigué. Je le vois, je le vois pas, je le vois, je le vois pas... C'est pas comme si je pouvais vraiment distinguer son visage, mais je sais pas... peut-être l'allure générale, ses épaules qui paraissent plus basses."

     

    Un enfant dans un campement. Une autoroute. Et de l'autre côté, son père. Comment l'enfant pourrait-il le rejoindre ? Comment traverser l'autoroute ? Le flot des voitures ne s'interrompt jamais. Il faut se contenter de regards, de gestes interrompus par le trafic. Des tentatives échouent... Et puis un jour, la neige...

     

    "Traverser l’autoroute, nous dit Cheyne Editeur, résonne particulièrement avec la situation des exclus, des déracinés et des migrants d’aujourd’hui comme d’hier. Mais cette courte fable n’est pas une énième complainte sur l’exil ou le déracinement. Au contraire, elle fait entendre une voix dont l’énergie et la volonté triomphent des frontières."
     
     

    Pendant l'été 2017, à l'occasion du Festival Lectures sous l'arbre, la fable de Maxime Fleury a été lue par Denis Lavant. Ponctuée par les interventions d'Edwy Plenel, cette lecture a succédé à celle de Matin Brun, révélant ainsi une complicité entre les deux livres. Le désir d'être des livres citoyens.  

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : ENGAGEMENTS